Herbe aux vers et herbe aux puces

En Pays d’Auge, dans les poulaillers ou dans la niche du chien, on faisait une litière de tanaisie pour chasser les tiques et les puces.

L’herbe aux puces

Herbe aux puces

Ce qu’on appelle « herbe aux puces » est en fait la pulicaire (Pulicaria dysenterica),  une  plante des marais, des prairies humides  et des fossés que les anciens utilisaient pour chasser les puces. Madeleine raconte :  » on en mettait dans les niches à chien. Il faut en trouver, il y en avait dans un coin. On n’en trouve pas partout. C’est du « cache-puces » (chasse-puce – le ‘ch’ se prononce ‘que’ en français régional).

Mes parents appelaient ça de la cache-puce. On avait un gros chien, issu de berger allemand avec des grands poils. Il était plein de puces. On lui en mettait dans sa niche. Plein. Épais comme ça. Madeleine montre une dizaine de centimètres d’épaisseur).  Il nichait là-dessus. Il s’en trouvait bien, le chien. Vieux-Pont-en-Auge (14)

Aujourd’hui, la tanaisie est encore utilisée à cet effet.

L’herbe aux vers

tanaisies-3tanaisies-5

La tanaisie vulgaire (Tanacetum vulgare) pousse dans les friches, sur les talus secs. Elle a été cultivée dans de nombreux jardins du Pays d’Auge pour que l’on puisse s’en servir en cas de besoin. Elle servait à éloigner les puces et les tiques des animaux. Les feuilles, très découpées, sont fortement parfumées. Les fleurs jaunes  s’épanouissent à la fin de l’été. On la mettait dans la niche des chiens, dans les poulaillers, sous le joug où se perchent les poules. Elle était aussi suspendue en bouquets dans les étables pour le même usage.chevaux-chien-maison

La tanaisie est aussi appelée « herbe aux vers ».  « On posait des feuilles de l’herbe aux vers sur le ventre des enfants pour les faire descendre », racontent les anciens.  Pour les adultes, on préparait un vin appelé « chartreuse ». Des feuilles de  tanaisie étaient mises à macérer dans du vin blanc.

La tanaisie en cuisine

La tanaisie sert aussi parfois en cuisine. A Lisieux, une famille préparait la pâte à crêpes de la Chandeleur en la « parfumant »  avec une jeune pousse de tanaisie crispée, cultivée au jardin. La tanaisie était finement coupée et mêlée à la pâte. La tanaisie crispée est une espèce ornementale peu commune, à la mode au XIXe siècle. Elle est conservée dans quelques jardins comme à Lisieux et à Grandmesnil.

Un ancien de Saint-Michel-de-Livet, près de Livarot, raconte cette pratique : « Après les foins, on allait ramasser des moules au bord de la mer. Pour les parfumer, à la cuisson, on mettait un brin de tanaisie ».moules