Jules Oudin, pépiniériste exceptionnel

Toute sa vie, Jules-Auguste Oudin aura été un précurseur et un innovateur dans le domaine de l’horticulture,  la pépinière et l’obtention de variétés florales.

En 1838, il est directeur de la toute jeune Société d’émulation de Lisieux. Il a tout juste 19 ans. En 1866, il fonde la Société d’horticulture. Puis  il installe à La Pommeraye, sur la commune de Saint-Désir, l’une des plus grandes pépinières de France capable de fournir les végétaux les plus rares. Un parcours à donner le tournis…

 

Jules Oudin est né le 22 juillet 1819. Dès son plus jeune âge, il est passionné de botanique. Ce jeune fils de maraîcher de Lisieux n’ayant reçu qu’une instruction primaire  va parcourir l’Europe pour parfaire sa formation. Au cours de ses voyages et de ses séjours en Angleterre et en Écosse, il rencontre les meilleurs botanistes et horticulteurs. Ainsi, dès 1831, Victor Leroy, découvreur d’arbres américains rentré des États-Unis, le forme à la connaissance de ces plantes nouvelles venues d’outre-Atlantique.
À Lisieux, lors de l’exposition d’horticulture de septembre 1840, Jules-Auguste Oudin présente 240 variétés de dahlias obtenues en Angleterre et ailleurs en Europe. Jusqu’alors la culture du dahlia était réservée à des amateurs éclairés… Il montre aussi son savoir-faire avec des arbres fruitiers sélectionnés : les poires ‘Beurré royal’, ‘Urbaniste’   et  ‘Fortunée’  qui mûrissent en janvier.

Nouveau plan de Lisieux montrant la pépinière de Jules Oudin à La Pommeraye, commune de Saint-Désir

 

La pépinière de La Pommeraye

Son établissement de vente est situé au 41 du boulevard Sainte-Anne où son père exerçait auparavant comme maraîcher. Vers 1855, afin de s’agrandir, Jules-Auguste Oudin transporte ses serres et ses massifs à Malicorne, puis à La Pommeraye sur la commune de Saint-Désir, où il crée un établissement horticole grandiose présenté en ces termes dans un  Guide des étrangers : « C’est à La Pommeraye que se trouve ce vaste et magnifique établissement horticole qui n’a pas de pareil en France et qui a été créé par M. Jules Oudin. »  La taille moyenne des pépinières de Normandie est de 2 à 10 hectares. Pour aménager la sienne,  il défriche les 55 hectares du Bois l’Évêque sous les railleries des propriétaires voisins. Dans cette pépinière aux dimensions hors norme, il élève des conifères de tous les pays,        acclimate des arbres et des arbustes rares.
En 1866, il fonde la Société d’horticulture de Lisieux.

Plusieurs catalogues de roses sont conservés à la bibliothèque de Genève, Suisse
Obtenteur de rhododendrons et de roses

Il crée plusieurs roses, dont au moins une lui a survécu même si elle reste introuvable à ce jour en Europe : la  rose ‘Génie de  Chateaubriand’. Il serait le créateur de plusieurs sujets disparus :
‘Mademoiselle Cillard’ 1852, ‘Joséphine Oudin’, ‘Madame Oudin’, ‘Duchesse de Normandie’ 1846, ‘Triomphe d’Oudin’ (ou ‘Triomphe d’Oullins’) 1850.
Il rencontre  Alexandre Dumas et échange des lettres sur les origines du pommier et du nom de la paroisse de La Pommeraye. Ces lettres ont été  publiées dans  le Dartagnan  du 3 mars 1868, le journal d’Alexandre Dumas. Puis il va devenir         « hybrideur » de rhododendrons, une technique à peine mise au point. Aujourd’hui le ‘Boule de neige‘  (1878) est encore commercialisé et apprécié des paysagistes.

Hortalia, bibliothèque numérique de la SNHF

D’abord baptisée ‘Rose Chateaubriand’ en 1848, créée par Jules et Gabriel Oudin, elle est renommée ‘Génie de Chateaubriand’ dès 1849. Une rose à rechercher…

Expositions à Paris

Sa première exposition à Paris  en 1867 est très      remarquée. Mais c’est en 1878 qu’il va réaliser un véritable exploit : depuis La Pommeraye, il transporte au Trocadéro et sur le Champ-de-Mars            42 000 arbres et arbustes adultes, en pots ! La liste en est démesurée : 112 variétés de houx, 82                espèces de chênes, 468 types de conifères et, particulièrement remarqué, le Thuya gigantea dont Jules  Oudin est le seul détenteur en Europe. Exposés  pendant  six mois, les arbres sont ensuite achetés par l’État et installés à Boulogne, Vincennes et au Jardin des plantes. Il est promu chevalier de la Légion d’honneur. Son retour à Lisieux est fêté par un banquet  donné dans les      salons de l’hôtel de ville.
Oudin prépare de nouveaux projets et agrandit encore la pépinière.  Mais, alors qu’il visite une pépinière près de Beuzeville avec son fils Louis, il meurt foudroyé d’une rupture d’anévrisme. Il sera enterré dans le cimetière de Saint-Désir dans le carré des Oudin le lundi 30 août 1882.

Un Sequoia sempervirens encore en place dans la pépinière disparue

 

Sa mort subite l’a empêché de transmettre son œuvre à un successeur. Ses deux garçons, Victor et Louis, vont tenter néanmoins de maintenir l’activité au niveau d’exigence que Jules-Auguste avait fixé, mais  la pépinière finira par disparaître autour de 1910.
La famille ne laisse pas de traces dans la région et les souvenirs de cet incroyable établissement s’effacent tout doucement. À La Pommeraye, nous avons seulement retrouvé un Sequoia sempervirens de  plus de 20 mètres de haut.