Archives pour la catégorie Paysages

« Faire les haies : on y passait des semaines. »

Faire ses haies, c’est saper le talus, élaguer, faire des fagots après avoir tondu la haie, et la réparer. Des travaux qui commencent après les foins et qui duraient jusqu’à la fin de l’hiver… (Outils de la collection d’Emmanuel de Montviette Nature et du château de Crèvecœur) (14)

Saper le talus

Le talus est d’abord coupé à la sape (petite faux ou faucille). L’herbe est redressée à l’aide du fourchet (petit fourche en bois de noisetier).
« Sur le bord des routes, avec la sape, une faucille. On râtelait au râteau ou avec la fourche. » Montviette (14)
« Pour les fossés, c’étaient les sapes, les faucilles, pour couper l’herbe. Et un fourchet long comme ça, 60 cm, qui servait à maintenir l’herbe qu’on coupait. C’était un travail spécial au Pays d’Auge. » Saint-Pierre-de-Mailloc (14)

Sape
Sape ou faucille et fourchet en noisetier
Élaguer la haie 

« Les haies sont faites tous les ans au mois de septembre. » Montviette (14)
On élague à l’intérieur du champ mais aussi à l’extérieur si la haie borde un chemin.
On utilise la sape puis « le croissant pour élaguer haut sur le bord des routes ». Montviette (14) Le croissant est un outil à long manche. Si le chemin est très emprunté, on élague « à vue de ciel pour que le chemin soit bien ensoleillé ».
Chaque après-midi, Simone vient râteler les élagures. Elle en fait de petits tas que l’on viendra charrier quelques jours plus tard avec la jument et la gribane. On en fait des       charretées que l’on vide pour recharger les garennes (tas de bois qui abritent les lapins de garenne). 

Le croissant avec son long manche
Tailler la haie d’épine  
Une haie d'épine

Près de la maison d’habitation, le long de la route, la haie d’épine est menée en haie basse. On la taille de chaque côté et sur le dessus « aux forces ». Cette taille demande davantage de temps.  « Il faisait ses haies au cordeau, taillées aux forces. Même avec l’élagueuse, il repassait derrière avec les forces. » Tordouet (14) 

Forces ou cisailles

Tous ces outils doivent être très tranchants. On les aiguise sur une meule en grès, ou mieux encore, on les « bat » sur une petite enclume avec un marteau arrondi. « Quand j’étais enfant, le soir j’aidais mon grand-père en tenant le manche du croissant tandis qu’il le battait assis dans l’herbe de la cour de maison. » Manerbe (14) 

Enclume et marteau pour battre la faucille
Tondre la haie  

Selon les baux ruraux, les haies sont tondues à la serpe tous les six ans. Ce dur travail s’effectue en hiver en sève descendante afin que les têtards « repartent » au printemps suivant à partir de bourgeons dormants. Sur les gros têtards, un homme pouvait se tenir debout et couper les branches à la hache. « Pour midi, il y avait de l’ouvrage de faite. » Le Pin (14)
Une fois au sol, les branches sont ébranchées. « J’aimais ébranquer », raconte Jeanne. Asnières (27) 

Serpe ou faucillon

Piquets et bois de chauffage 

Les branches d’acacia, de châtaignier ou de chêne permettent de réaliser les piquets de clôture. Le reste est destiné au bois de chauffage. On scie en bouts de un mètre et on fend le plus gros en enfonçant des coins de fer sur lesquels on tape avec le « maillot » (gros maillet en bois débité dans une tête d’orme noueuse) ou avec le merlin. Une fois les terres ressuyées, on charrie le bois et on l’empile dans la cour de maison, sous une haie à l’abri de la pluie. Il va sécher au moins deux ans avant d’être brûlé dans la cheminée ou scié pour alimenter le fourneau de la cuisine.

Tondre le têtard et faire son bois de chauffage

Faire des fagots

Avec le reste des branches et du menu bois, on fait des fagots. On se sert du métier à           fagots.
Certains ouvriers effectuaient ce travail « à la loue », c’est-à-dire payé à l’unité.
« Pour faire les harts, en général, c’était la coude (noisetier). Mais aussi avec les repousses de chêne. Le père Couraye, il avait le coup : il en faisait en moins de deux pour lier les fagots. Ça se fait quand la sève marche. En mars, avril, ça se tordait mieux. On fait à mesure, en général, c’était solide. Ça ne coûtait pas cher, mais c’était moins rapide que le fil de fer. C’était surtout pour faire des bourrées au pied. » Saint-Pierre-de-Mailloc (14)
« Un fagot bien fait doit passer dans un sac à pommes. » Grandmesnil (14) Il pèse au moins        25 kg.

Métier à fagots
Fil de fer recuit pour lier les fagots
Réparer la haie 

« Quand on coupait une haie, il ne restait pas beaucoup de bois, car on l’employait pour refaire les clôtures. Même l’épine, on la remettait dans le trou pour reboucher. »
« J’ai réparé, en couchant des branches en travers et on les resserrait avec la presse à haie. » Montviette (14)
On « reclôt » ou on répare les trous dans la haie avec du bois appointi à la serpe, planté debout, les « affiches », des branches horizontales et du menu bois que l’on serre avec des liens de saule, la  « liure ». « Normalement, c’était du bois debout, le bois de la haie qui était là. » Saint-Pierre-de-Mailloc (14)
« On reclosait en remettant un gros piquet. Et avec la liure on refaisait la haie. La liure, de grandes branches de saule de chaque côté, c’était souple. On [utilisait] un petit bout de bois pour passer le fil de fer de l’autre côté. L’autre tirait le fil. On tirait en mettant un pied sur la liure. Il ne fallait pas que le fil de fer casse, sinon on partait à la renverse. Mise à hauteur à un mètre. On serrait les affiches, ça closait bien. Les fameuses affiches, on les fendait en deux avec le fauchet (serpe) quand c’était du bois qui se fendait bien. Quand il y avait de l’orme, ça se fendait bien. Les affiches tous les 20-30 cm pour faire coller [tenir] le menu bois mis en arrière. C’était bien quand c’était bien clos. » Saint-Pierre-de-Mailloc (14)

Voir aussi la page « La haie morte »

Serre-haie, presse-haie ou pince à raffiquer la haie
Serre-haie
Le hart ou lien en noisetier

Dans la mare

« J’aurais jamais cru qu’il y avait autant de bestioles là-dessous. » Renée

Mai 1998, Montviette, sortie « Les petites bêtes de la mare » : une vingtaine de participants découvrent dans le filet troubleau du naturaliste Loïc Chéreau nombre d’amphibiens, insectes aquatiques et mollusques… Renée, quatre-vingts ans, agricultrice, croyait bien connaître les habitants de la mare. Elle fut alors surprise… 

Sortie découverte de la mare, Montviette

À l’occasion des enquêtes menées par Montviette Nature depuis 1990, de précieux témoignages ont été collectés.

Une mare aux sangsues
Extrait ordonnancier de la pharmacie de Livarot, 1896, coll. Montviette Nature

Dans les ordonnanciers (collection Montviette Nature) des docteur Louis-Désiré Lescène (1866-1933) puis Marcel Lescène (1892-1956), pharmaciens à Livarot (14), il est fréquemment prescrit l’emploi de sangsues. André, Madeleine, Jean, Marguerite, Andrée, Mauricette, se souviennent : 

« Mon père en a eu une congestion. Le médecin lui a prescrit des sangsues. On les posait derrière l’oreille. Et quand les sangsues étaient pleines de sang, on les mettait dans la cendre pour les faire dégorger. » Montviette (14)
« Ma mère a été en chercher chez le pharmacien à l’angle de la rue du Bosq à Saint-Pierre. Après on les a remises dans la mare, mais on ne les a pas retrouvées. » Vieux-Pont-en-Auge (14)
« On avait une cousine à la maison qui a fait une manière de congestion. Le médecin a dit de prendre deux sangsues à la pharmacie : ça se met derrière l’oreille. » Montviette (14) 

Sangsue

« Les médecins faisaient ramasser les sangsues sur les mares. » Toutainville (27)
« À Lisores (14), il y en avait dans une mare. Certains venaient en chercher pour en remettre dans un autre étang. Les gens en recherchaient. »
« Les gens les ramassaient et les mettaient en réserve d’eau. Quand les gens avaient une congestion, on leur mettait des sangsues. » Grandmesnil (14)
« À Montpinçon et à Tortisambert (14), il y avait une mare aux sangsues où on attrapait les sangsues en attachant un « cheval fini », un vieux cheval, toute la journée les pattes dans l’eau. Le soir, son maître le sortait et ramassait les sangsues accrochées et les portait chez le pharmacien. » André

La salamandre  

Aux abords des bois, les petites mares sont fréquentées par la salamandre. 

Salamandre, bois de Montpinçon (14)
Larve de salamandre

« On la voit au bord de l’eau et dans les fossés. Il y a une mare sous l’étable, il y a une source. On allait y chercher l’eau. » La Croupte (14) 

Grenouilles  

Les grenouilles chantent les soirs de printemps et d’été aux abords des mares.

Montviette (14), fête de la Saint-Jean (24 juin) vers 1930 : « On faisait une course à la brouette avec des grenouilles. Il ne faut pas qu’elles sautent de la brouette. » André
« Pour les attraper, on se servait d’une branche de noisetier et de pétales d’œillet rouge au bout d’une ligne. » Raymond 

Rainette verte, Hyla arborea

« Ça monte dans les pommiers. » Montviette (14)
« Elles font du bruit quand il est pour venir de l’orage. » Grandmesnil (14)
« Les grenouilles et les crapauds, ça mange les limaces. » Saint-Pierre-de Mailloc (14) 

Quand on curait… 

Le curage des mares se fait à la fin de l’été, en corvées, avec l’aide des voisins. La vase est mise en tas à égoutter durant huit à quinze jours. Elle est ensuite épandue sur les prés à faucher. « Celui qui avait assez de vase avait de l’herbe pour deux à trois ans. » 

« Dans la vase de l’étang, les pêcheurs venaient chercher des vers, des vers rouges. »
« La vase était mise sur le bord. Il y avait un étang près du pont. Quand on curait l’étang près du pont, on levait les anguilles à la pelle. Les truites, on n’en prenait pas beaucoup. Il y avait pas mal de gros cailloux dans le fond du ruisseau et dessous des écrevisses. On s’amusait surtout avec. Ça pince quand tu les prends mal. Il y avait aussi des vairons, par bancs. On les prenait dans une bouteille. » Montviette (14)
« Le sang de l’anguille est acide si on a une coupure à la main. Il faut mettre du plantain qu’on appelle « oreille de lièvre », l’écraser entre les doigts. »
« Les porte-bois dans la rivière ou les mares. Il fallait casser l’écorce et sortir la larve : c’est un appât et on en met un ou deux pour pêcher la truite. » Thiéville (14)
« C’est comme les vers de terreau. C’est toujours des vers rouges dans le compost. Des rouges et ceux qui avaient la tête noire : c’est les meilleurs pour la pêche. » Thiéville (14) 

Préserver les mares et leur faune
Renoncule aquatique, mare Montviette

Dès avril, les abords et le fond des mares se couvrent d’une végétation diversifiée : plantain d’eau, potamot flottant, renoncules aquatiques et joncs divers. 

De 1996 à 2000, dix mares de la commune de Montviette (14) ont été retenues pour participer au Programme national de recherche sur les zones humides. Un collectif de scientifiques a encadré l’équipe de l’association Montviette Nature pour y mener des inventaires approfondis. Ce sont les mares qui jalonnent le plateau, celles qui sèchent parfois en été et prennent ces teintes vertes peu engageantes, qui abritent la faune la plus riche. Dytiques, nèpes, notonectes, ranatre, libellules, grenouilles vertes et rousses, tritons, crapauds, s’y       reproduisent. Couleuvres à collier et poules d’eau viennent s’y nourrir. La plupart sont des      espèces fragiles. 

Dytique bordé, Dyticus marginalis
Larve de dytique bordé
Népe cendrée, Nepa cinerea

« La couleuvre va à l’eau ; elle nage la tête sortie de l’eau. Elle niche dans la rive. » Toutainville (27)
« Ma grand-mère croyait que l’arc-en-ciel pouvait vider l’eau d’une mare au profit de la sienne. » Saint-Georges-en-Auge (14) 

La haie morte

Longtemps en Normandie, le jardin a été clos d’une haie morte et la haie des herbages réparée par un tronçon de haie morte ou haie sèche. Une technique à réapprendre… 

Entretenir la haie 
Forces, outil collection Emmanuel, Montviette Nature

« Les haies, on les fait avec des forces. Le pied, à la faux, le faucard. On coupe le pied avec le faucard et après les forces. Les forces affûtées sur la meule. Le faucard, on le battait comme une faux. Le croissant, avec un long manche, servait à élaguer plus haut sur le bord des routes. On y passait des semaines. » Saint-Pierre-de-Mailloc (14)

« On élague à l’intérieur du champ, mais aussi à l’extérieur si la haie borde un chemin. Si le chemin est très emprunté, on élague à vue de ciel pour que le chemin soit bien ensoleillé. »

« Sur les haies d’épine, c’étaient les forces. Tous les six ou sept ans, à la serpe qu’on coupait ça, ou à la hache. Beaucoup à la hache. Pour les fossés, c’étaient les sapes, les faucilles, pour couper l’herbe et un fourchet long comme ça, 60 centimètres, qui servait à maintenir l’herbe qu’on coupait. C’était un travail spécial au Pays d’Auge. Passé Saint-Pierre-sur-Dives, c’était la plaine de Falaise. Y avait pas de haies comme dans le Pays d’Auge. » Saint-Pierre-de-Mailloc (14) 

Le croissant, avec un long manche, servait à élaguer plus haut
Réparer la haie : la haie morte
"Quand on faisait une haie..."

« Quand on faisait une haie, il ne restait pas grand-chose, car on réparait d’abord les haies. » Montviette (14)
« On reclôt ou on répare les brèches dans la haie avec du bois appointi à la serpe, planté debout, les affiches. Les fameuses affiches, on les fendait en deux avec le fauchet quand c’était du bois qui se fendait bien. Quand il y avait de l’orme, ça se fendait bien. Puis, avec de grandes branches horizontales, des liures de saule, on serrait la haie. » Saint-Pierre-de-Mailloc (14) 

« Les affiches tous les 20-30 centimètres pour faire coller (tenir) le menu bois mis en arrière. C’était bien quand c’était bien clos.  Entre les affiches, on mettait du petit bois debout, des branchages de bois, comme des rames ; un coup de serpe pour les appointir. On les enfonçait en terre. Normalement c’était du bois debout, le bois de la haie qui était là. » Francis
« Des fois, il y avait un frêne ou un chêne. On le replantait dans un trou de la haie d’épine, pour reboucher. » Boissey (14)
« Même l’épine, on la remettait dans le trou pour boucher. » Montviette (14)
« On allait couper des vignons (Ulex europaeus) près des bois. On les ramenait avec le cheval sur la charrette. On en faisait des haies mortes, des fois jusqu’à 800 mètres. On plantait des piquets en terre et on les serrait avec une vis et une manivelle. » Montpinçon (14)
« Mon père se servait d’une pince à raffiquer les haies. » Moyaux (14) 

Le serre-haie ou pince à "raffiquer" la haie
Autres usages de la haie  

Avec le reste, on fait des fagots. Certains ouvriers effectuaient ce travail « à la loue », c’est-à-dire payé à l’unité. « Un fagot bien fait doit passer dans un sac à pommes. » Il pèse au moins 25 kilos.
« À la saison, on commençait par élaguer le chemin à Paul, à la sape. On reprenait au croissant à vue de ciel et Simone venait râteler les élagures. On en mettait sur les garennes dans la cour de maison ; je me rappelle au moins trois. On furetait avec les furets. Dans le bas du p’tit pré, la cabane (qui abritait le taureau) n’était couverte que d’élagures et les murs en fagots. » Saint-Pierre-de Mailloc (14)
« On couchait les branches en travers et on les resserrait avec les presses à haie. Les branches, on les coupait au faucillon et on les couchait. Pas trop gros, on les couchait. On coupait tous les dix, douze ans. On les tord et on les rattache avec l’osier. » Montviette (14)
« Les fagots étaient faits sous le pied, avec un brin de coude qu’ils arrivaient à nouer. Sinon, le métier à fagots : on faisait des tas au pied des haies. On déplace le métier à fagots. » 

Un fagot sur le métier à fagots

« Les grandes épines qui poussent vite, grandes ronces qui servaient à attacher les balais : ils la fendaient en deux pour lier les balais de bouleau et de bruyère et pour lier les tonneaux. » Montviette (14)
« Édouard, mon père, cherchait dans la haie les manches des outils. Il faut observer, repérer. Pour l’effort : la masse, la hache, le merlin, c’est du houx et qu’il soit plus gros d’un côté…  Les manches de fourche en frêne ou noisetier pelé. » Les Champeaux (61)

Sécateur à long manche. Coll. Emmanuel, Montviette Nature
Faire des fagots, Raymond, Montviette, 1990

La haie plessée

Le plessage, une technique ancienne et efficace, refait son apparition.

Pourquoi plesser une haie ?
Cette méthode permet de se passer de matériaux artificiels (barbelés, etc.) et nécessite peu d’équipement. De plus, la régénération de la haie plessée consiste en un nouveau plessage et l’efficacité ne sera perdue que le temps de l’opération. Par contre, la régénération d’une haie vive demande un recépage, ce qui implique une inefficacité de plusieurs années.

Entailler, plier, entrelacer
Partant d’une haie vive, l’idée est de créer une trame ou un maillage vivant. On entaille les troncs à la base de haut en bas sur la longueur et la profondeur nécessaires pour les rendre flexibles. Puis on les amène presque à l’horizontale, les tressant entre des piquets ou des troncs laissés intacts, faisant office de piquets vivants. Des pousses, sur les troncs pliés et à la base, complèteront la trame année après année.  Le « miracle » est que la fine lame qui relie le tronc à sa base, si elle contient écorce, liber, cambium et un peu d’aubier,  permet la survie et la croissance du sujet. La souche, elle, se comporte comme après un recépage ; ce qui en  augmente la durée de vie.

la fine lame qui relie le tronc à sa base...

Une technique ancienne…
Cette technique, peut-être d’origine celte ou saxonne, était répandue en Europe. On en trouve une description dans la Guerre des Gaules de Jules César : « ils [les Nerviens] ont eu l’habitude, pour arrêter plus facilement la cavalerie des peuples voisins, dans le cas où le désir du pillage l’attirerait sur leur territoire, de tailler et de courber de jeunes arbres, dont les branches, horizontalement dirigées et entrelacées de ronces et d’épines, forment des haies semblables à un mur, et qui leur servent de retranchement, à travers lesquels on ne peut ni pénétrer ni même voir. »  (Livre II, chapitre XVII -Traduction française disponible sur  http://bcs.fltr.ucl.ac.be/CAES/BGII.html)  [consulté le 24.10.2022]
De multiples variantes régionales existent, chacune étant la meilleure !
Le summum étant une haie plessée d’aubépines uniquement, montée sur un talus empierré et doublée d’un fossé, impénétrable au cheval comme au lapin.
La haie plessée était présente dans la région comme en attestent les noms de lieux-dits y faisant référence, (lire ci-dessous le document du chercheur Dominique Fournier) ainsi que des tableaux (voir le tableau de Claude Monet La Pie (1868-1869), des photos ou des vestiges sur de vieilles haies.
Elles disparurent avec l’apparition du barbelé à la fin du 19e et surtout après la Première Guerre mondiale. Le coup de grâce fut donné par la mécanisation intensive et le remembrement au sortir de la Deuxième Guerre mondiale.

… remise en valeur aujourd’hui
Depuis quelques décennies, la technique connaît un regain au Royaume-Uni où sont même organisés des concours de plessage régionaux. Les participants doivent respecter scrupuleusement le style associé et l’usage des outils afférents.
En France, la technique réapparaît dans le Nord, le Nord-Ouest, le Perche, le Morvan, etc.

Les essences
Les végétaux utilisés pour créer une haie qui sera plessée sont multiples. Il vaut mieux prendre des plants indigènes et éviter ceux toxiques pour les animaux concernés. Pour contenir le bétail, aubépine, prunellier et houx sont les plus efficaces, mais le houx est très lent à croître. Les autres espèces faciles à plesser sont : noisetier, charme, hêtre, érable champêtre, chêne… Un mélange de ces espèces créera une bonne haie.

Erable champêtre

Quand plesser ?
Après la plantation, il faudra attendre cinq à dix ans et/ou une hauteur de haie de 2,5 à 4 mètres avant de plesser, pour obtenir après plessage une hauteur de 1,20 à 1,40 mètre. (Les hauteurs et durées sont indicatives, car variables en fonction des essences, de l’environnement et du climat.)
La période pour effectuer le travail va de septembre à mars, hors gel. Les mois de septembre, octobre et mars sont préférés pour la cicatrisation.
La répétition du processus se fait tous les quinze à vingt-cinq ans, voire cinquante ans dans des conditions optimales. Et la perte d’efficacité ne durera que le temps du plessage, ce qui en fait la conduite idéale des haies pour clore un champ.
La taille d’entretien devrait idéalement se faire manuellement, ce qui permet de voir et d’anticiper les problèmes. La fréquence de la taille, qu’elle soit manuelle ou mécanique, devrait être d’une fois tous les deux à trois ans pour donner plus de sous-produits, favoriser la biodiversité et allonger la durée de vie des plants. La taille en dôme, en triangle ou en trapèze favorisera l’accès de la lumière sur toute la haie.

La procédure
Il faut compter plesser 10 à 30 mètres par jour en fonction de ses capacités (!) et de l’état de la haie.
Sur une pente, on commence par le haut du terrain et on plesse la haie du bas vers le haut, ce qui diminue la pliure.

  1. On commence par nettoyer la base de la haie : on ôte les bois morts et mal configurés, les ronces, etc. Puis on sélectionne les troncs que l’on va plier en évitant cependant d’enlever trop vite les surnuméraires. On élague les branches pouvant entraver le pliage. Du côté animaux, on garde des branches pour protéger la base de la haie. De l’autre côté, on élague bien pour permettre à la lumière d’atteindre les troncs et les bases, afin que les pousses verticales puissent démarrer.
  1. Ensuite, pour un droitier, on exerce une traction de la main gauche sur le tronc et avec la serpe on entame celui-ci en oblique à une hauteur d’au minimum trois fois le diamètre au minimum (10-20 centimètres du sol). On entaille jusqu’au moment où le tronc devient flexible. Tout est alors une question de dosage entre coupe et traction pour amener le sujet presque à l’horizontale dans l’axe de la coupe sans casser le lien de vie. On plie jusqu’à ce que le tronc soit stable, en contact avec le sol ou avec le tronc précédent. Jusqu’à 7 centimètres de diamètre, on utilise la serpe ou la hache. Au-delà, la tronçonneuse facilite le travail (mais ne peut pas être utilisée lors de concours !).
    Ceci fait, on coupe le talon de la taille en évitant de créer une poche qui pourrait accumuler l’eau  et on passe au tronc suivant.
  1. En fin de journée, on enfonce des piquets de noisetier ou de châtaignier (4 centimètres de diamètre et 150 centimètres de hauteur) tous les 50 centimètres, légèrement décalés côté bétail, et on tresse au sommet des tiges de noisetier ou de charme pour stabiliser l’ensemble. Cela s’appelle la parure.
    La vie des piquets et des tiges n’est pas très longue, mais les pousses sur les troncs et à la base renforceront le maillage et compenseront rapidement l’affaiblissement de la structure morte.
    Pour les puristes, une touche finale consiste à couper en biais le sommet des piquets à la même hauteur.

Les outils
une serpe, qui peut être à long manche, pour dégager les ronces, orties, débris, bois mort divers et pour réaliser l’entaille;
– un échenilloir pour élaguer les troncs;
– une hache pour élaguer et pour réaliser les piquets;
– une scie à archet pour couper les talons;
– une tronçonneuse pour les gros sujets (diamètre de plus de 10 centimètres);
– un maillet en bois (qui peut être une section de tronc avec un tronçon de branche toujours attaché);
– un sécateur;
– une pierre à aiguiser, des vêtements résistant aux épines, de solides chaussures et des gants (et une trousse de premiers secours…).

Serpe à long manche, gros sécateur et hache, collection Montviette Nature et château de Crèvecoeur

 

Les variantes

Chaque type de plessage est lié à une région, c’est-à-dire au matériel végétal qui est disponible et à la destination de la haie. Plutôt que de décrire toutes ces variantes, voici les options principales à chaque étape.
La haie peut être simple ou double, avec même un chemin d’entretien entre les deux ensembles. Elle peut aussi être montée sur un talus doublé de fossés.
Le sens du plessage est généralement unique, mais rien n’empêche d’utiliser les deux sens, à partir d’un siège de noisetiers par exemple.
En Allemagne, des haies de charmes sont plessées en croix, et au point de contact, l’écorce est enlevée, ce qui fera fusionner les deux végétaux.
Pour combler un vide, on peut également partir en sens opposé, faire à mi-hauteur une seconde entaille et revenir dans le sens initial.
Avec ce même objectif, on peut plesser sous l’horizontale et au point de contact avec le sol faire une deuxième entaille et marcotter la tige à cet endroit.
Dans la même idée, une tige irrégulière peut être ramenée dans l’axe de la haie par plusieurs entailles dans le plan horizontal.
Le plessage peut s’effectuer à différentes hauteurs. C’est alors la partie verticale des troncs qui sert  de piquet.
Les piquets peuvent être droits, inclinés, décalés, morts ou vivants, positionnés avant le plessage ou après.
Le sommet peut être coupé droit, en oblique, en pointe ou contenir un segment de branche qui aura le même rôle que la parure.
La parure connaît de nombreuses versions dont une des extrêmes est le chevron utilisé dans certaines parties du Yorkshire.
Des arbres de haut jet ou des têtards peuvent être présents. Ils sont facilement intégrés au système et apportent ombre, bois, fruits, beauté et enrichissent le biotope.

Article et réalisations Philippe Deltenre

 

Pour en savoir plus
Franck Viel, Le plessage de la haie champêtre, clôture vivante, Maison botanique (de Boursay) et Association Passages, août 2003.

Le plessage de la haie champêtre, clôture vivante, Guide technique, Maison botanique, 2012 (consultable en ligne).
Conduite de la haie : plessage, Fiche réalisée par le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement de la Sarthe, 2009 (disponible en téléchargement).
Le plessage des haies, sur le site Internet de l’association Haies vives.
John Wright, A Natural History of the Hedgerow, Profile Books, London, 2017.
Murray Maclean, Hedges and Hedgelaying, The Crowood Press, 2020.
Alan Brooks, Hedging, A Practical Handbook, British Trust for Conservation Volunteers, 1975.

 

Le Plessis et la Plesse dans les noms de lieux

par Dominique Fournier (linguiste, spécialiste de la microtoponymie)

 La pratique du plessis, de la haie pliée ou plessée est attestée dans la toponymie normande depuis le Moyen Âge, et ses traces sont nombreuses en pays d’Auge. Le terme de base évoquant cette technique est l’ancien français plaisse, plesse désignant une haie faite de branches entrelacées, puis un terrain clos ceint d’une telle haie. Le mot survit en patois normand et d’autres parlers d’oïl avec un sens technique : il y désigne la branche d’une haie dépassant le niveau voulu de la clôture, et rabattue obliquement vers le centre où elle est maintenue par un lien. Il est aussi attesté dans le Berry au sens de “branche rabattue”, et dans le Maine avec celui de “clôture ; clôture en épines”. Ils’agit soit du dérivé de plaissier, plessier“plier; entrelacer” (du latin populaire °plaxare), soit du produit du gallo-roman °plaxa, féminin de °plaxu “plié, entrelacé”, issu du latin populaire °plaxus, réfection du latin classique plexus, de même sens.

Les mots plaisse et plaissier appartiennent à une très riche famille en ancien français, dont plaisseis, plessis est sans doute le mieux connu. Ce dernier possède tous les sens de plaisse, et a désigné plus généralementdivers lieux clos de haies entrelacées, de claies, de clôtures ou de palissades. De cette même famille relèvent encore plais, synonyme de plaisse (d’où le type toponymique le Plais, le Play, le Plix, etc.) ; plaissié, synonyme de plaisseis (d’où le type le Plessé, etc.); plaissee “clos, parc fermé de haies”, etc.

On constatera que de nombreux toponymes augerons du type la Plesse ou le Plessis ont désigné des manoirs et des fiefs ainsi défendus, mais aussi des domaines plus modestes ou des bois usant de cette technique. Pour ce qui est du premier type, connu dans toute la Normandie, l’un des domaines les plus importants de ce nom dut être celui de la Plesse, manoir, seigneurie et ancienne ferme à Saint-Germain-de-Montgommery (la Plesse 1666, la Plaise 1753/1785, la Plesse 1834, la Plisse 1835/1845, la Plesse 1883, 2022).

Mais c’est le type Plessis qui est le mieux attesté, tant dans le pays d’Auge (on y relève plus d’une vingtaine d’occurrences) que dans le reste de la Normandie, environ 150, sans doute plus, comme Le Plessis, lieu-dit à Forges (61). Parmi les toponymes les plus anciens, citons le Plessis, ancienne ferme et bois du fief de Beaumont-en-Auge (es plesseiz 1261/1266, le Plessis 1753/1785) ; ancien domaine vers Le Pin (le Plesseiz;eu Plesseiz du Pin 1261/1266 ; ancien bois à Ouilly-le-Vicomte (quoddam nemus cum fundo terre quod vocatur Le Plesseiz 1277) ; le Plessis Esmangard, nom primitif de Dozulé (Plessitium Ermengardis 1382 (?), Notre-Dame du Plessis Ermengard 1400, le fief du Plessis Esmenguard, autrement Silly 1620/1640, le Plessis Esmangard 2001) ; le Plessis, ferme, manoir et ancien fief à Saint-Germain-la-Campagne, 27 (le Plessis 1416, 1753/1785, 1998) ; hameau et ancien fief à Épaignes, 27 (le fief du Plessis 1540, le fief du Plessis, assis a Espaigne 1541, le Plessy 1753/1785, le Plessis 1878, 1985 ; etc.

 

 

 

Petits usages du noisetier

« Dans les haies, des noisetiers il y en a partout » raconte Raymond.  D’autres l’appellent « la coude » ou « le coudrier ». Pour le paysan ou le jardinier, le noisetier présente de nombreux atouts : c’est un bois souple, facile à travailler qui  convient bien pour les objets longs.
Les enquêtes menées auprès des anciens en Normandie ont révélé qu’une vingtaine d’objets étaient  facilement fabriqués.
A la ferme : Gaule, réquêt ou gaulet, perche, tendeur à peaux de lapin, manches d’outils, hart, fourchet, trique, baguette de sourcier, bâton de marche.
Au jardin : Cordeau, pique-chou, rames à haricots, rames à pois.
Jeux d’enfants : Lance-pomme, lance-pierre, bûchettes

Gaule à pommes : Les noisetiers les plus vigoureux poussent bien droit. On peut ainsi confectionner de longues gaules légères. Pour gauler les pommes, il ne faut pas frapper sur les branches comme une brute mais utiliser la flexibilité du bois de noisetier pour agiter les branches sans abimer les bourgeons.  A la fin de la saison, les gaules sont remisées à l’arrière du pressoir ou de la grange.
Quand on est assez jeune et peu enclin au vertige, on monte dans les pommiers les plus chargés en fruits pour abattre les pommes. On se sert alors d’une courte gaule, le réquet,  pour atteindre les fruits peu accessibles. « Quand mon père secouait une grosse branche, il pouvait faire tomber une « pouche » de pommes. » Le Pin  « J’ai un gaulet, petite gaule à pommes pour monter dans les pommiers ». Saint-Martin-de-Fresnay
Dès la fin du mois de juillet, les pommiers commencent à ployer sous le poids des fruits. Pour éviter que les branches ne se brisent, on les soutient avec des perches. Les pommes sont ainsi hors de portée des vaches même si on les entrave avec des « piétins ».

Ce petit bâton fourchu permet de redresser « l’herbe versée » quand on fait les talus, la faucille d’une main, le fourchet dans l’autre.

« Pour faire les harts, en général c’était la coude. Mais aussi avec les repousses  de chêne. Le père Couraye, il avait le coup, il en faisait en moins de deux pour lier les fagots. Ça se fait quand la sève marche. En mars, avril, ça se tordait mieux.  On faisait à mesure. En général,  c’était solide. Ça ne coutait pas cher, mais c’était moins rapide que le fil de fer.  C’était surtout pour faire des bourrées au pied, tu appuyais au pied, ça serrait, on tirait dessus avec le hart. J’aimais ça. » Francis,  Saint-Pierre-de-Mailloc

Tendeur à peaux de lapin ; Autrefois dans les fermes, lorsque l’on tuait un lapin, sa peau était mise à sécher dans un grenier sur un tendeur ou une fourche en noisetier dans l’attente du passage du marchand de peaux de lapins. Le prix de vente des peaux était dérisoire. « Ma mère nous remettait cette maigre recette qui était placée dans notre tirelire ». Le Pin

Quand on coupe une haie, on sélectionne les branches les plus droites et au diamètre adéquat pour confectionner tous les manches d’outils qui cassent fréquemment, de la binette à la fourche à fumier. On pèle  l’écorce du bois encore vert à la plane, « sur le banc à planer pour écorcer le noisetier ou peler le noisetier ». Ablon

« Je tresse trois pousses de coude ensemble. Je les attache et les laisse pousser au moins deux ans. Ça  fait une jolie canne ». René, Grandmesnil
« Mon père refaisait les barreaux des râteliers avec du noisetier pelé. » Renée, Saint-Désir-de-Lisieux
Le sourcier, celui « qui a le don de trouver l’eau» utilise uniquement une baguette fraiche de noisetier qu’il cueille dans la haie la plus proche. «  Dans ma ferme, quand j’ai décidé de creuser un puits pour abreuver tous les animaux, le patron de l’entreprise de forage a déterminé l’endroit où creuser avec une baguette de sourcier. » Saint-Pierre-de-Mailloc, 1990
Quand on change les veaux ou les bœufs d’herbage, il faut avoir une bonne trique pour les faire avancer, les arrêter ou les empêcher de se diriger dans une mauvaise direction. A utiliser avec modération. On ne frappe pas les vaches laitières que l’on doit pouvoir approcher chaque jour pour les traire. En revanche, on ne pénètre jamais dans la cour au taureau sans une grosse trique qui stationne toujours à l’entrée de l’herbage.

Pique-chou en noisetier

Le « haricot à rames » est une plante grimpante qui a besoin d’être tuteurée « Dès que les haricots réclament les rames ». Ils s’enroulent autour de baguettes de noisetier fixées deux par deux par le jardinier. L’hiver venu, les rames sont soigneusement remisées pour être réutilisées l’année suivante.
Contrairement aux haricots, le pois s’accroche aux rames avec des vrilles comme la vigne. Les branches d’orme en forme d’arrête de poisson convenaient bien pour le soutenir. Le noisetier a remplacé l’orme disparu des haies vers 1980.
« Mon grand-père était fier de montrer ses poireaux alignés « au cordeau ». Manerbe

Bûchettes en rameaux de noisetier dans un cahier de 1937, école de Grandmensil (14)

« Quelques jours après la rentrée des classes du cours préparatoire,  la maîtresse  nous a demandé d’apporter une dizaine de buchettes pour apprendre à compter. » Ecole Le Pin, 1963
Les « mauvais gamins » fabriquent facilement des lance-pierre qui peuvent s’avérer dangereux. Les plus intrépides s’en servent pour casser les carreaux des maisons abandonnées. « J’étais très adroit avec le lance-pierre. J’abattais un pigeon à 20 mètres, mieux qu’avec un fusil. » Pont-L’évêque.  « Dans les élingues, des fois on mettait des billes. » Thiéville.  « Lance-pierre pour tirer les merles ». Patrick, Clarbec
« Quelques jours après la rentrée des classes du cours préparatoire,  la maîtresse  nous a demandé d’apporter une dizaine de buchettes pour apprendre à compter. » Ecole Le Pin, 1963
Le lance pomme sert à multiplier la forme du bras.

A découvrir l’atelier découverte « Les petits usages du noisetier » sur les évènements à suivre…

Le moulin sur la Canteraine

À Montviette, au fond du vallon, sur le ruisseau la Canteraine est implanté un moulin attesté dès le XVe siècle. Son histoire est connue grâce aux archives et aux témoignages recueillis.
Jeanine, une des fondatrices de Montviette Nature l’a acquis en 1969. Avec Bernard, son époux, ils ont tenu à conserver intacte toute l’installation.

Sur le douet de Canteraine 

Le douet, ou  ruisseau, prend sa source à Montpinçon dans la forêt  et traverse l’ancienne paroisse de la Gravelle. « Le nom de Canteraine  appartient à la série bien connue des noms de lieux en chante/cante (forme normande) + nom d’animal.

Rainette

Canteraine et ailleurs Chanteraine (lieu-dit à Vaudeloges) désignent des lieux où les grenouilles (normand raines) « chantent » (coassent) et donc abondent : ce sont des noms fréquents de parcelles, d’étangs, de marais et de ruisseaux bien attestés en France.  Le nom raine (du latin rana) désigne différentes représentantes du genre rana. Il peut s’agir de la rainette, petite grenouille arboricole, de la grenouille verte ou rousse… » (D’après  Dominique Fournier,  Microtoponymie de l’eau à Montviette, Histoires et Traditions populaires du Billot, septembre 1991)
Plusieurs étangs jalonnent le cours du ruisseau sur l’ancienne paroisse de  Gravelle puis sur celle de Montviette, aux Vignes,  en collectant une cinquantaine de sources. Le ruisseau prend alors de la puissance et se déverse dans l’ancien étang des Tanneries puis dans l’étang du bourg où il alimente le moulin.

Ancien moulin à blé

Selon les historiens, un grand nombre de moulins ont été installés avant le début du XIe siècle. Seul moulin connu dans le village de Montviette, « il est mentionné pour la première fois en 1450 (Archives départementales de l’Orne A XLIX) »
« 1750,  Monsieur Le Panthou, seigneur, possède à Montviette un moulin à bled avec maison et jardin affermé à Pierre Le Villain. » (Archives privées)
« Un document de 1809 précise qu’il s’agit d’un moulin à blé. Le meunier est, en 1835, Jean Amand Le boucher, qui habite le bourg et possède le moulin. Le Pré du Moulin appartient à un membre de sa famille, Thomas Simon Leboucher. Quant au Pré du biez […] il appartenait à Louis Malfilatre, boulanger à Montviette en 1835. » (D’après Dominique Fournier,  Microtoponymie de l’eau à Montviette, Histoires et Traditions populaires du Billot, septembre 1991)

Le moulin en 1912 - noces d'argent de l'abbé Ménager -procession sous le dais
Etiquette fromagerie Amynthe Leboucher 1920 - le moulin, la ligne électrique
Usine hydroélectrique

En 1969, lorsque Jeanine emménage, l’électricité est produite uniquement par la turbine du moulin. « C’était du 110 volts en continu. Avec, on s’éclairait et quelques appareils fonctionnaient sur le 110. »  Elle l’utilisera pendant plusieurs années avant d’être raccordée au réseau électrique.
Au début du XXe siècle, d’anciennes demeures ou bâtiments à pans de bois sont reconstruits en briques. C’est le cas du moulin de Montviette en 1912.
En 1920, le bourg s’active autour d’une boulangerie, d’une épicerie, des boutiques du cordonnier et du boucher ouvertes un jour par semaine, et du moulin, propriété de la ferme Leboucher, située sur le plateau du chemin de l’Orée. Le moulin va être transformé en usine hydroélectrique pour amener l’électricité à la ferme d’Amynthe Leboucher. La ferme de La Hoguette produit des livarots et des camemberts.
En 1923, le conseil municipal reconnaît que « l’électrification de la commune est désirable dans les plus brefs délais » et adhère à un syndicat de communes. Mais en 1927, Montviette se retire du syndicat… Les poteaux déjà livrés sont renvoyés. La commune de Montviette sera raccordée au réseau en 1958.
Le moulin, renommé « usine hydroélectrique » en 1920  par son propriétaire, fournira de l’électricité à la ferme de La Hoguette jusqu’en 1960. L’étiquette du « Petit livarot des Hoguettes » montre le moulin et la ligne électrique qui amène l’électricité à la ferme du plateau.

La turbine encore en place dans le moulin
Le haloir à camemberts de la ferme de la Hoguette
Curer l’étang

Par la fenêtre, au-dessus de l’évier de sa cuisine, Jeanine pouvait voir le martin-pêcheur traverser l’étang au ras de l’eau.
Un rail avait été installé dans le fond de l’étang. Il permettait de sortir la vase au moyen d’un wagonnet tiré par un cheval. La vase est déposée sur le pré, derrière les fagots posés sur le bord de l’étang pour l’empêcher de redescendre. Elle sèche plusieurs semaines, puis est emmenée sur les prés à faucher.
« Celui qui avait assez de vase avait de l’herbe pendant deux ou trois ans. Quand l’étang était curé, on ne le vidait pas entièrement.  On nettoyait juste pour enlever le nécessaire. Il y avait toujours des truites dans l’étang », racontent les anciens.

Curage d'un étang vers 1940
Cadastre 1835 - Etang sur la Canteraine
Le bord de l'étang vers 1900

Les haies : de vraies richesses pour les oiseaux

Dans la nature, autour des herbages ou près des habitations,  les haies, quel que soit leur type,  sont d’une grande importance pour les animaux, en particulier pour les oiseaux. En Pays d’Auge, plus d’une quarantaine d’espèces d’oiseaux  utilisent les haies à tous les étages.

Qu’elles soient hautes ou basses, jeunes ou anciennes, arbustives, buissonnantes, constituées d’alignements d’arbres, elles sont toutes intéressantes. En effet, elles apportent le couvert, la nourriture et  l’abri.

Découvrir l'article complet

 

Les haies : de vraies richesses pour les oiseaux

Dans la nature, autour des herbages ou près des habitations,  les haies, quelque soit leur type,  sont d’une grande importance pour les animaux, en particulier, pour les oiseaux. En Pays d’Auge, Plus d’une quarantaine d’espèces d’oiseaux  utilise les haies à tous les étages.

Qu’elles soient hautes ou basses, jeunes ou anciennes, arbustives, buissonnantes, constituées d’alignements d’arbres, elles sont toutes intéressantes. En effet, elles apportent le couvert, la nourriture et  l’abri.

Arbres vénérés en Normandie

Au cours de l’histoire, l’arbre est si présent dans le quotidien et l’imaginaire des hommes  qu’ils  en font un usage domestique essentiel et parfois vénèrent certains sujets…

Le paysage au Moyen-âge

Au Moyen-âge,  les arbres sont appréciés  pour l’usage que l’on en fait : « bois à mesrien pour son edifier », bois d’œuvre pour la construction, bois de chauffe, palissage des enclos, cueillette des fruits, glandée, fourrage…
Entre 1398 et 1416, Hector de Chartres, maître des eaux et forêts du roi Charles VI, dresse l’inventaire des droits sur les forêts normandes. Ces droits sont répertoriés dans le  Coutumier d’Hector de Chartres, manuscrit conservé aux Archives départementales de Seine-Maritime. En Normandie, il visite les forêts de Seine-Maritime, de l’Eure, de Touques, d’Orbec et des Moutiers-Hubert, l’Orne et les forêts de Brix et de Gavray, de Lithaire (50).  Il recense les droits sur le fou, le chesne, le meslier, la puisne, la bourdaigne, l’esglentier, le pommier de bosc, le saux, le maresaux et l’espine (hêtre, chêne, néflier, troène, bourdaine, églantier, pommier sauvage, saule, saule marsault, aubépine).

Chêne pédonculé et glands
Les noms de lieux

Ces arbres sont si présents dans le quotidien et l’imaginaire des hommes que leur nom se fixe dans le toponyme de la paroisse. Aujourd’hui, de nombreuses communes et de lieux-dits portent le nom d’arbres : Saint-Martin-de-Fresnay (frêne), Saint-Germain-de-Livet et Saint-Pierre-des-Ifs (if), La Boissière (buis), Le Tilleul, Le Pin, La Pommeraie (pommier), La Boulaie (bouleau), La Houssaye (houx), La Verneusse (verne, aulne), L’Épinette…
Le linguiste Dominique Fournier, qui a longuement étudié les noms de lieux liés à la végétation,  apporte un éclairage sur leur origine. (Voir bulletins  Histoires et Traditions populaires, Le Billot)
L’if, qui pousse à l’état spontané dans les massifs forestiers, est  particulièrement abondant en Pays d’Auge. Le terme gaulois ivos (if) a donné aussi livet, livaye : Saint-Pierre-des-Ifs, Saint-Germain-de-Livet, Notre-Dame-de-Livaye.
Le buis, introduit par les Romains au début de l’ère chrétienne, s’est naturalisé çà et là. Son nom latin buxus a donné La Boissière, Boissey : lieu où pousse le buis.
Le Chêne, du gaulois cassanos, fut le nom d’une paroisse rattachée en 1830 à celle de Lessard pour      former la commune de Lessard-et-le-Chêne.
Le pommier sauvage, qui sera cultivé ensuite, a donné son nom à La Pommeraie, commune rattachée à celle de Saint-Désir, près de Lisieux.
Le pin est un arbre peu répandu qui a cependant laissé une trace dans le nom de la commune de Le Pin.
Plus  au sud du Pays d’Auge, on a vénéré le frêne à Saint-Martin-de-Fresnay ainsi que le tilleul dans la paroisse du Tilleul rattachée  en 1831 à la commune de Saint-Georges-en-Auge.
Au XVe siècle, à Montviette, la vente d’une parcelle de bois pour  la production de vaisselle en bois de poirier tourné  montre que cet arbre poussait à l’état sauvage dans les bois avec le pommier, le merisier et le bouleau : « toute la vesselle de boys que le ledit vendeur pourra faire pour le pris de chacun cent d’escuelles et plateaux de perier »  (Tabellionnage de Longny, 11 décembre 1482 – Archives départementales de l’Orne)

Les tilleuls à petites feuilles de l'ancien cimetière de la paroisse du Tilleul rattachée à Saint-Georges-en-Auge en 1831
Marronniers à l’entrée des fermes

À la fin du XIXe siècle, des marronniers  ont été plantés à l’entrée des fermes fromagères. Cette économie nouvelle qui allait faire la renommée du Pays d’Auge a aussi marqué le paysage. Ces arbres ont une durée de vie de deux cents ans. Ils sont désormais menacés et  mériteraient d’être sauvegardés.

Vieux arbres et arbres sacrés

Au XIXe siècle, le naturaliste rouennais Henri Gadeau de Kerville parcourt la Normandie à la rencontre de vieux arbres vénérables.

Il les photographie, les identifie, les mesure, et publie ses travaux dans le Bulletin de la Société des amis des sciences naturelles de Rouen. (Coll. Montviette Nature)

Chêne porte-gui Isigny-le-Buat (50) photographié le 24 avril 1898 par Gadeau de Kerville

Quelques arbres ont marqué autrement l’imaginaire des habitants, comme le « chêne aux chiffes »  au Pré-d’Auge, le « chêne à l’image » de  Barneville-la-Bertran ou de Friardel. Trois chênes sacrés : le « Gros chêne » de Friardel abritait une statue de la Vierge, celui de Barneville-la-Bertran celle de saint Jean-Baptiste. Et le chêne du Pré-d’Auge est encore aujourd’hui au centre d’un pèlerinage pour demander de l’aide à saint Méen, patron de la paroisse et saint guérisseur.

Chêne à l'image à Barneville-la-Bertran aujourd'hui disparu
Le Gros chêne à Friardel avec son enclos et sa Vierge
Le "Gros chêne" aujourd'hui

Symbole d’éternité, l’if a été planté dans la plupart des cimetières. Les tempêtes de 1987 et de 1999 en ont abattu de très anciens qui n’ont pas été remplacés.
À Lisieux, une aubépine a servi de limite de territoire entre la cathédrale et l’abbaye du Pré. On l’appelait l’ « épine du chapitre ».
À Préaux-Saint-Sébastien, l’ « épine à la dame » près de l’église rappelle un événement de la confrérie de Charité de la paroisse.
À Saint-Vaast-en-Auge, en novembre 1919, la commune et les anciens combattants plantent un « arbre de la Victoire », toujours vénéré.

Plantation de l'arbre de la Victoire, novembre 1919 à Saint-Vaast-en-Auge. Carte postale (coll. Montviette Nature)
Le cèdre planté en 1919 préservé dans l'enclos du monument aux morts
Le chêne à l’image de Barneville-la-Bertran /Arthème Pannier

 

(Extrait du carnet n°126, conservé à la Société historique Lisieux)
Arthème Pannier (1817-1882) cofondateur de la société historique de Lisieux écrit :
Barneville
Sur le bord de l’ancien
chemin vicinal qui conduit à la route d’Honfleur
chemin de Barneville à Équemauville,
à Honfleur se dresse
un vieux chêne plus que
séculaire dont il ne reste plus que le vieux tronc
qui est creux, ce tronc
renferme une petite niche
qui contient une statue
de saint Jean (Légende)
Autrefois on allumait
un feu de joie auprès
de ce vieux chêne,
un feu de joie que
le clergé bénissait

À peu de distance du
village de Barneville
au pied d’un coteau boisé
se dresse un vieux chêne
dont les branches tuteurs
couvrent de leur feuillage
une statuette de St Jean
placée dans une niche que
renferme le tronc creux du
chêne appelé dans le pays
chêne de l’image.
Les vieillards du pays racontent que
toutes les nuits, à minuit, Satan
empruntant une forme humaine
apparaît au pied de
ce chêne.
Malheur à ceux qui passaient
à cette heure (à cet endroit) au
pied du vieux chêne.

Rocailles et faux bois

À la fin du XIXsiècle, une mode inédite entre dans les parcs et jardins : l’art du faux bois, le rusticage et celui du rocaillage. De petits édifices, faits de pierre, de ferraille et de ciment imitant le naturel, créent de nouveaux espaces  pour « recevoir dans son parc »…

La technique du faux bois

Avant 1820, le ciment ne permet d’assembler que des pierres ou des briques, jusqu’à ce qu’apparaisse le ciment Portland capable de s’accrocher sur le fer. La découverte en revient à deux inventeurs : le Français Louis Vicat et le Britannique Joseph Aspdin. En 1867, Joseph Monier dépose le brevet d’une caisse d’oranger en béton armé de fer.

Le  ciment  Portland  est obtenu par la mouture de clinkers produits par la cuisson d’un mélange de silice, de chaux, d’alumine et d’oxyde de fer.
Des maçons italiens installés en France élaborent alors la technique dite du faux bois : du fer tordu et du ciment imitent la branche ou l’arbre, puis quelques coups de spatule savants  donnent l’illusion de l’écorce. Ils s’exercent d’abord sur des objets traditionnels en fabriquant des jardinières qui ressemblent à des troncs d’arbres abattus, des niches bordées de branches tordues…

Intérieur d'une jardinière
Rocaille et faux bois Saint-Pierre-sur-Dives
Monument aux morts Saint-Martin-de-Fresnay
Le Mesnil-Mauger (14)
Le faux bois entre dans le paysage

Partout en Normandie,  un véritable engouement pour cet art naît chez les propriétaires de parcs. Ici, un faux ruisseau  traverse une serre tropicale plantée de bananiers et de fleurs exotiques et mouille une grotte à deux étages.

Là, le rocailleur a creusé des pierres à l’acide, puis les a assemblées pour figurer une grotte, un bassin et  des jardinières dans un jardin d’hiver.

Dans les paroisses, on édifie des calvaires, des oratoires à la Vierge. Le monument aux morts de Saint-Martin-de-Fresnay (14) est fait d’une rocaille reconstituée et d’un enclos de faux bois. Il est inauguré en juin 1923…

Saint-Martin-de-Fresnay, juin 1923
Les maçons normands s’emparent de la technique

« … Restent à voir les remarquables travaux de rocaille de monsieur Carbonnet  (cimentier rocailleur de Caen, fin du XIXe siècle). Il arrive avec du ciment et des acides à faire des imitations de pierres, de branches de bois entourées de leur écorce. » Saint-Pierre-sur-Dives (Bulletin de la Société d’horticulture et de botanique du centre de la Normandie, 1896, p. 185)

Intérieur de la grotte dans la serre tropicale

« Cette serre, véritable jardin d’hiver, est traversée  par un ruisseau descendant d’une belle rocaille et serpentant au milieu de lycopodes, de fougères arborescentes… » Saint-Pierre-sur-Dives (Bulletin de la Société d’horticulture et de botanique du centre de la Normandie, 1891, p. 352)
À Saint-Pierre-sur-Dives, en plein centre de la ville, un faux ruisseau est créé en remontant l’eau de la Dives par un système de « bélier ». Il traverse une serre tropicale plantée de bananiers et de fleurs      exotiques, puis coule au pied d’une grotte à deux étages éclairée de lumignons. Dans la même rue, un jardin d’hiver relie les deux maisons du domaine grâce à la technique Eiffel (assemblage de poutrelles métalliques).

Grotte et bassin créés par le rocailleur Carbonnet de Caen en 1895
Kiosque à musique
Jardinière

Il abrite grotte, bassin et plantes grasses. Plus loin, un kiosque à musique est suspendu au-dessus d’un bassin où les jets d’eau s’animent grâce à une machinerie complexe mais parfaitement conservée…
Rue du Bosq, abritées derrière la maison de maître,  des grottes ont été réalisées avec une autre technique : des pierres extraites de la carrière du Rocreux ont été évidées à l’acide puis      assemblées pour former une grotte artificielle. L’ensemble, couronné d’une balustrade en faux bois représentant des arbres tordus, donne une atmosphère troublante et romantique.

Entreprise Dosso Bayeux

Au XIXe siècle, à Alençon, le célèbre rocailleur  Ernest Lemée  a réalisé rocailles et kiosques dans l’ensemble du département de l’Orne.
À Bayeux, l’entreprise Dosso construisait des ponts, des escaliers  et des volières en faux bois.
À Vimoutiers (61), plusieurs créations sont réalisées par le rocailleur Melchiorri (1902-1992).
À Lisieux, rue de la Gare, François Huvé met en avant l’usage du ciment Portland.  Un peu partout en Normandie, calvaires et oratoires ont été édifiés avec cette technique.

Entreprise François Huvé, rue de la Gare Lisieux
Société BESNARD BLAISE Cimentier

À Saint-Pierre-sur-Dives, l’enseigne du cimentier rocailleur Besnard-Blaise est toujours visible en façade de son ancienne entreprise, rue de Falaise. Le balcon construit en regard servait de modèle.

Dans la plupart des cimetières, en Normandie,  des croix ont été créées par des maçons du village, comme ici au cimetière de Bellou ou à Sainte-Marguerite-des-Loges , communes historiques de Livarot-Pays d’Auge (14).
Ainsi, l’enclos de l’oratoire de Tôtes interroge le visiteur : où se situe la branche du mahonia ? Où est la branche en faux bois de l’enclos ?
Jean Frezza, maçon à la retraite, raconte : « Mon père est arrivé vers 1920. On était maçons mais je n’ai pas fait de rocaille. C’était déjà la fin de cette mode. Il fallait de l’imagination pour faire des crèches, des monuments, des bassins… C’était des particuliers qui commandaient ces travaux pour leur jardin. Ça devait coûter cher. Les maçons ont aussi construit des crucifix. Le père Guillard, maçon  à Tôtes, a dû faire le monument de Saint-Martin-de-Fresnay. » 

Où est la vraie branche de mahonia et le faux bois, oratoire à la Vierge Tôtes Saint-Pierre-en-Auge ?
"Crèche et calvaire, construits par le père Guillard à Tôtes." ?