Archives pour la catégorie ARTICLE

Les prés baignants de l’Orbiquet

En Normandie dans la vallée de l’Orbiquet,  dès le XVe siècle, les éleveurs ont tenté de produire davantage d’herbe et de foin et, pour ce faire, ils ont inventé un système ingénieux de baignage des parcelles.

Un pré baignant, dessin montage Vincent Ladune et Quentin Dorléans
Une rivière riche en sédiments

En amont de sa source, l’Orbiquet est une rivière souterraine. Dans sa course, elle arrache des sédiments aux roches qu’elle traverse. Ce qui en fait une rivière exceptionnellement riche en minéraux que les éleveurs ont su très tôt utiliser dans leurs prairies.

La technique du baignage

On installe un barrage sur le lit de la rivière et on dévie une partie du cours d’eau sur les prairies en contrebas par un ingénieux système de vannes et de rigoles.  « Un vannage en bois barre le cours du ruisseau et fait monter le niveau de l’eau. Le vannage gonfle un porteur. C’est un fossé d’environ 60 cm de large, en creux par rapport au terrain. Il emmène l’eau sur les parcelles. Le porteur doit être plus haut que le ruisseau car il faut que l’eau revienne au ruisseau. Du porteur, on faisait sept, huit saignées qui partaient un peu en biais pour prendre la flotte. Tous les deux, trois mètres, on laissait une tanque , une levée de gazon pour que l’eau ne revienne pas. On baignait presque toute l’année, en dehors des récoltes. On mettait à l’herbe les bestiaux vers le 3, 4 avril. On les faisait pâturer cinq fois dans l’année et on faisait une coupe de foin. Mais fallait pas qu’ils couchent dedans la nuit . »

Partager l’eau

Le partage de l’eau est acté devant notaire entre les propriétaires et les locataires  et après consultation d’un expert en hydraulique qui établit un plan d’irrigation. Le règlement d’eau fixe précisément les jours, heures et hauteurs de chacune des vannes à manœuvrer.  » On avait une convention de baignage. Je tournais l’eau tous les deux, trois jours. On était quatre propriétaires. Les tours étaient calculés en fonction de la surface. Pour 20 ares, c’était deux jours de baignage. On levait la vanne deux, trois coups dans la journée. La manivelle était cachée dans un têtard. On changeait l’eau tous les deux jours. Et on ne baignait que quatre ou cinq saignées par coup. Tous les dix jours, on revenait au point de départ. »

Plan M. d'Hacqueville
Plan Peulvey
Couteau double
Plan Chaumont Quitry
Les rigoleux 

Michel et Francis racontent : « Les rigoles ou les saignées, il fallait les refaire tous les ans. On avait des couteaux doubles, des simples et des bêches de baignage. Les couteaux simples pour les porteurs. Les doubles, c’est pour les rigoles. On les refaisait l’hiver et, au 15-20 décembre, on rebaignait.
La bêche de baignage doit avoir quatre doigts de large. Elle est affûtée à la meule. On foule d’abord sur le talon et parfois on foule dessus. Le manche du couteau est en néflier. « 

Les gestes du rigoleux
Foins au bord de l'Orbiquet vers 1900
Bêche de baignage
Le Baignage : porteurs et saignées
Pour en savoir plus

Au départ de Saint-Julien-de-Mailloc, suivre le parcours des boucles de l’Orbiquet. Lire les articles de la revue Le Pays d’Auge.

Dans les bois la bourdaine

En lisière des bois, en Normandie, pousse un arbuste plutôt discret : la bourdaine. On a oublié tous les usages que les anciens en faisaient…

La bourdaine, Rhamnus frangula ou Frangula alnus, pousse en lisière des bois au sol frais.
En 1835, dans sa Flore populaire de Normandie, le botaniste Louis-Alphonse de Brébisson précise que « son bois fournit un charbon très estimé pour la fabrication de la poudre à canon ».

Dans l’Orne, les anciens l’appellent encore le « bois de rose », même si l’on a oublié depuis longtemps qu’au XVIIe siècle son écorce servait à obtenir une teinte rose. L’usage a disparu mais le nom est resté.

Dans les bois, il se reconnaît à son écorce brune marquée de points plus clairs et réguliers. Ses fleurs blanches donnent une petite cerise noire que les grands-mères allaient cueillir pour préparer une tisane pour aider à la digestion.

Feuilles et bois de bourdaine
Réparer les galoches

A l’occasion des enquêtes menées par Montviette Nature sur l’histoire des arbres en Pays d’Auge, Renée racontait qu’à Montpinçon, « le père Clément, le menuisier du village, allait cueillir des branches de bourdaine dans les bois. Il en taillait des chevilles pour réparer la semelle de bois des galoches que portaient les enfants pour aller à l’école. » A Montviette, on se souvient encore que vers 1930 « un marchand de balais, le père Varin, fabriquait un onguent avec de l’écorce de bourdaine pour soulager des rhumatismes. Il le distribuait quand il venait vendre ses balais dans les fermes. »

Galoches conservées au Pin, Calvados
Ça affole les chevreuils

Au Renouard, Roland observait que « ça affole les chevreuils. Quand ils mangent les premières pousses de bourdaine et de bouleau, ils se mettent à gueuler. Ils viennent auprès des maisons… »

Roger Brun : paysan naturaliste normand

Collectionneur passionné, têtu et méticuleux, Roger Brun a exploré toute la faune de Normandie, surtout à Friardel, sa terre d’adoption.

Il a rassemblé une collection exceptionnelle allant du plus petit insecte au plus grand des mammifères.
Personnalité très forte et très riche, Roger Brun fut tout à la fois un grand naturaliste, un homme au franc-parler exemplaire, le fondateur de la libre pensée du Calvados, un agriculteur attaché à sa terre, un chasseur, un collecteur et un collectionneur acharné, persévérant, parfois obstiné. Association des amis du Musée d’histoire naturelle de Friardel, 1980

Paysan et curieux de nature

Né à Paris le 31 octobre 1906, Roger Brun se passionne très tôt pour les sciences de la nature. Il poursuit ses études au collège de Flers, puis à l’Ecole nationale d’agriculture de Rennes. Devenu ingénieur agronome, il s’établit en 1929 sur la ferme du Gros Chêne, à Friardel près d’Orbec.
« Je me fixai en 1929 à Friardel où, exploitant une ferme herbagère de 60 hectares, je me trouvais en permanence dans le milieu favorable aux observations. J’ai passé ma vie dans la nature et consacré tous mes instants de liberté et souvent amputé mon repos à l’étude de la faune, la flore, la paléontologie de notre région.  »  Extrait du discours de Roger Brun devant la Société linnéenne de Normandie, février 1952.

Roger Brun, ingénieur agronome
Oeufs de choucas. Photo Rodolphe Murie
La ferme du Gros Chêne à Friardel
Collectionneur acharné

Pendant un demi-siècle, de 1922 à 1972, Roger Brun rassemble une collection unique qui démontre la richesse et la diversité du patrimoine naturel de la Normandie.
Dès qu’il peut se libérer des travaux de la ferme, Roger Brun se livre à sa passion : il naturalise les animaux, il prépare les végétaux, il dégage les fossiles qui sont minutieusement étiquetés, classés, localisés et datés. Dans le même temps, il rédige quantité de notes et d’observations. Il devient correspondant du Muséum d’histoire naturelle de Paris.

Le musée de Roger Brun

Les vitrines sont trop à l’étroit dans sa maison. Il construit alors de ses mains un bâtiment résistant à l’incendie, qui devient le Musée d’histoire naturelle de Normandie où il expose l’ensemble de ses collections. Il ouvre son musée au public.
L’inspecteur général des musées d’histoire naturelle en visite le 31 janvier 1983 à Friardel écrit que Roger Brun aura probablement été l’un des derniers possesseurs d’un ‘cabinet d’histoire naturelle’ dans la grande tradition des siècles derniers. Un visiteur raconte : «  Dans son musée, il recevait le public en bretelles et béret, un grand béret qui revenait sur le côté. Il tenait à faire lui-même la visite dans le détail. » Chaque année avaient lieu de grandes rencontres naturalistes : les ‘journées de Friardel’ où l’on marchait, inventoriait, identifiait et partageait le « repas tiré des sacs »…

La ferme du Gros Chêne à Friardel
Genette capturée à Friardel. Photo Rodolphe Murie
Poursuivre l’oeuvre de Roger Brun

Roger Brun a naturalisé la dernière genette observée en Pays d’Auge. Autrefois, les anciens la rencontraient aux abords des fermes. Aujourd’hui, elle a disparu. Mais il ne mentionne jamais le pic noir. Pourtant ce grand pic s’est progressivement installé depuis 1990. Roger Brun avait repéré une zone humide abritant des plantes rares. Elle fut la première réserve naturelle créée en Pays d’Auge à Canapville et porte son nom. Au petit matin du 1er avril 1980, Roger Brun meurt subitement et laisse ses volontés : « Ma volonté est de voir conserver le musée en l’état et y organiser des activités mettant en valeur le patrimoine scientifique de la Normandie. » Tout sera tenté pour maintenir sa précieuse et fragile collection à Friardel. Mais, après de longs débats juridiques, elle est confiée au Muséum d’histoire naturelle du Havre. Partout en Normandie, chaque jour, les naturalistes observent plantes, animaux, champignons afin de dresser un état de la biodiversité de notre région. Ils contribuent à enrichir la connaissance des milieux naturels et poursuivent ainsi l’oeuvre de Roger Brun.

Tampon du musée de Friardel
Grenouille verte
Lettre de Roger Brun 1975

Connaître les champignons

Avant même de songer à manger un champignon, il faut parfaitement l’identifier. Une balade en Pays d’Auge avec Jean-Louis…

Pendant 25 ans,  Jean-Louis a guidé les sorties mycologiques de Montviette Nature.

Il a, maintenant, choisi de faire une pause et de partager ses connaissances avec les curieux. Il nous apprend à identifier les champignons rencontrés lors des balades en Pays d’Auge.

Reconnaître les caractères 

A dents : pied de mouton

En boule : vesse

A croûte : polypore

En coupe : pézize

A alvéoles : morille

A lames : lactaire

A plis : chanterelle

Semi-enterré : scléroderme

A rameaux : clavaire

Enterré : truffe

Illustrations extraites des ouvrages :  

A. Maublanc, Les champignons de France, éditions Paul Lechevalier, 1921 et Paul Dumée, Nouvel atlas de poche des champignons comestibles et vénéneux, éditions Librairie des sciences naturelles Paul Klincksieck, 1905. (Collection Montviette Nature)

Tous ces champignons ont été identifiés le long des chemins, dans les prés et  les bois. Sur la seule commune de Montviette, 800 espèces ont été découvertes en 25 ans de prospection..

A tubes : bolet

Aimer les mauvaises herbes

Celles que l’on appelle les « mauvaises herbes »  qui envahissent le jardin, celles dont on a tant de mal à se débarrasser pourraient-elles être aussi  des  alliées ?

C’est lorsqu’une plante peut être utile qu’on change son regard sur elle et qu’on peut enfin l’apprécier…

Orpin blanc
Pourpier sauvage
Roquette vivace
Roquette vivace
Aegopode panaché
Aspérule odorante
Origan
Des herbes à manger

On cueille les pissenlits au printemps pour préparer de délicieuses salades. Pourquoi ne pas y ajouter quelques brins d’orpin blanc ou «trique-madame»  qui colonise les murs et les rebords de toits, ou le «poivre des murailles»  ? Ces deux petites plantes grasses servaient autrefois à agrémenter les salades. La première rosette des chardons se cuisine. En bord de mer, il est possible de récolter les jeunes feuilles de la roquette vivace. L’ail des ours est en train de faire sa place en grande cuisine pourtant c’est une «peste» qui envahit les espaces frais un peu ombragés comme entre Saint-Martin-de-la-Lieue et Lisieux. L’origan qui pousse sur les talus peut être adopté aussi pour parfumer les plats.  Le pourpier, considéré comme une mauvaise herbe des potagers, fait son retour en cuisine, en salade ou cuit comme l’épinard…

Des plantes remèdes

La guimauve, plante sauvage du littoral, était réputée pour soigner les maux de gorge. Le fenouil bâtard, plante vivace des bords de côte, était appelé «anis» et cultivé dans les jardins dans le sud du Pays d’Auge pour soigner les indigestions, aider à la montée de lait des mères et des nourrices.

Soigner ses bêtes

La tanaisie était ramassée et parfois cultivée dans les jardins mais à l’écart pour ne pas être trop envahissante. Elle servait en litière dans la niche des chiens et  dans les poulaillers  pour chasser les puces et les tiques. Le petit géranium «herbe à Robert» était donné comme  fortifiant pour démarrer les poussins.  Les lapins en sont très friands.

Orner le jardin

Plutôt que de vouloir chasser à tout prix la ficaire aux petites étoiles jaunes des bordures, ne pourrait-on pas l’utiliser comme couvert sous les arbustes ?  Et pourquoi ne pas ramener au jardin l’aspérule odorante, petite plante forestière commune en Pays d’Auge ? Elle garnira le sol sous les arbustes et sera la bienvenue pour parfumer les laitages.
Quant à l’aegopode, peut-on lui trouver un peu de charme en accueillant la variété foliis variegatis, dite panachée, mise à l’honneur au XIXe siècle dans les rocailles et les grottes créées un peu partout dans les jardins de Normandie ?

Ce sujet a été mis à l’honneur au Garden en fête de Cabourg, les 16 et 17 avril 2016.

L’arbre aux chapelets

Les historiens estiment que l’usage du chapelet coïncide avec les débuts du culte à la Vierge Marie, probablement dès le Xe siècle.

Graines et gousses d'arbre aux chapelets
Histoire du chapelet

A l’origine, le chapelet est une couronne de fleurs appelée chapel ou petit chapeau. Cette couronne devient un objet religieux et se transforme. Le chapelet catholique est constitué de cinq dizaines de grains pour compter les Je vous salue Marie.
Dès le Moyen-âge, les chapelets sont fabriqués en perles de verre et le plus souvent en perles taillées dans des os de cheval. C’est le métier du patenostrier. Ces chapelets sont réservés aux paroissiens plutôt fortunés. Les pauvres doivent se contenter de matières peu chères. Ainsi, dans les couvents, on a cultivé un arbre sur lequel on récolte des graines qui sont ensuite enfilées.

L’arbre aux chapelets

Selon de récentes recherches menées par des historiens, il semblerait que, dès le Xe siècle, et jusqu’au XIIIe siècle, des moines cisterciens établis en Hongrie aient rapporté le Staphylea pinnata, puis l’aient cultivé dans les monastères de l’est de la France (Publication de la société des naturalistes luxembourgeois, 2000). Cette pratique se serait ensuite répandue dans l’ensemble du pays. Les graines récoltées fraîches au milieu de l’été servaient à fabriquer le chapelet des pauvres. Au XVIe siècle, dans le Nouvel herbier des plantes qui croissent en Allemagne de Jérôme  Bock, il est précisé à propos du staphylier : « on en  fait aussi des chapelets ». 

Les gousses de l'arbre aux chapelets

Cette culture se répand ensuite un peu partout en France. En Pays d’Auge, nous en avons retrouvé des sujets à Moyaux, Grandmesnil, Saint-Martin-de-Fresnay…

Un arbre aux chapelets pousse dans le jardin du moulin d’Argences et un autre au Jardin Conservatoire à Saint-Pierre-sur-Dives.

Bardane : peste ou salvatrice ?

La bardane est ce que, dans un jardin ou dans  une prairie,  on appelle une « peste », autrement dit une invasive, une plante dont les jardiniers et les cultivateurs essaient de se débarrasser. Pourtant elle peut avoir des atouts… 

ou capitanou…

La bardane est une grande plante avec laquelle jouent les enfants. Ils l’appellent « capitanou » ou « capitagneux ». Elle pousse dans les terrains abandonnés, envahit les décombres. Les feuilles de l’Arctium lappa sont très larges, duveteuses et même un peu poisseuses. La fleur d’un violet rose ressemble à celle du chardon ; elle est équipée de fins crochets. C’est cette partie de la plante qu’affectionnent particulièrement les enfants. Lancée sur les vêtements de leurs petits camarades, la fleur y reste solidement attachée. Et gare quand elle s’accroche dans les cheveux !…

Herbe aux puces
Faut-il vraiment s’en débarrasser ?

La bardane colonise les espaces qu’elle occupe. C’est une plante difficile à arracher car sa racine est profonde. Ses graines se sèment tout alentour et sont transportées au plus loin par les animaux qui l’emmènent dans leurs poils ou leur laine…
Mais elle n’est peut-être pas qu’une peste. Car sa racine brune à chair blanche se consomme : on a en mangé pendant la guerre et d’autres périodes de famine plus anciennes. Une espèce est cultivée et très appréciée au Japon, le gobo.

Sauvée par la bardane

Et puis, nous avons recueilli cette histoire à l’occasion d’une visite au Jardin Conservatoire de Saint-Pierre-sur-Dives. Un garde-chasse de la région de Falaise raconte qu’un jour il se promenait avec sa chienne. Soudain, une vipère a jailli d’un talus et a mordu la chienne à la patte. Désemparé, il s’est souvenu avoir entendu qu’il fallait trouver de la bardane et frotter la morsure avec le jus pressé de la feuille. Ce qu’il a fait. Il dit avoir ainsi sauvé sa chienne…

Des cocos normands

Le haricot, rapporté par les conquistadors, est introduit assez tard en Europe du Nord. A la fin du XIXe siècle, des variétés normandes font leur apparition sur les marchés, comme le ‘Coco de Pont-Audemer’…

Au XVIIIe siècle, deux siècles après leur découverte par les conquistadors, les Normands adoptent ces légumineuses qui ressemblent fort aux pois et aux fèves qu’ils consommaient depuis toujours… Ainsi, les premiers haricots cultivés en Normandie sont appelés « pés » ou « pois de mai » et parfois « fèves ». François Gidon, médecin à Caen, a mené des recherches sur l’origine des plantes alimentaires en Normandie. Dans ses Notes pour l’archéologie de l’alimentation publiées en 1936 (bulletin des antiquaires de Normandie), il écrit : « Le haricot décrit par Albert Legrand au Moyen-âge était en France du Nord et en Allemagne une forme naine de « dolichos » ou « vigna » appelées fèves à visage, fèves peintes, cultivées jusqu’à l’arrivée en Europe du haricot (Phaseolus) rapporté par Christophe Colomb. Mais le nom de haricot est étranger au dialecte normand. »

Le 'Soissons' à rames

Les premiers haricots introduits sont à rames et se mangent secs ou demi-secs. Leur gousse est dure et parcheminée et ne se consomme pas. Le type même en est la variété ‘Soissons’. Puis les haricots ont évolué : les grains deviennent plus fins et apparaissent les variétés « de pied », naines. Au début du XXe siècle, on trouve sur les marchés des variétés locales dont la généalogie n’a pas été déterminée : le ‘Coco de Caen’ ou le ‘Pont-Audemer’…

Le ‘Coco de Pont-Audemer’

En 1937, la Maison André Heusse, rue Pont-Mortain à Lisieux propose aux jardiniers un ‘Flageolet prolifique de Lisieux’ et le ‘Coco de Caen’.
Jusqu’en 1960, les jardiniers de l’Eure et de Lisieux ont cultivé le ‘Coco de Pont-Audemer’.

Claude Mesnil récolte le 'Coco de Pont-Audemer'

Claude Mesnil, président de la Société d’horticulture de Lisieux jusqu’en 2014 et maraîcher à la retraite, se souvient : « On était des producteurs de ceinture. Nos terres étaient juste à la sortie de la ville. Le ‘Pont-Audemer’, c’était un fameux haricot, on le cultivait sur nos terres, rue Roger Aini et ensuite au Breuil-en-Auge. A la fin de l’été, on le vendait sur les marchés de Lisieux et de Cabourg. » Et Claude ajoute que pour la récolte  « il y avait des tâcherons, des cueilleurs qui faisaient les vendanges, la saison en montagne, les cueillettes de cerises, de fraises, de fruits. Ils arrivaient en voiture avec leur caravane. Ils cueillaient les haricots. »

Un jardinier raconte : « A Saint-Julien-sur-Calonne, on cultivait le haricot ‘Saint-Marc’. On le semait le jour de la Saint-Marc, le 25 avril. Ce haricot était proche de la variété ‘Pont-Audemer’… »

Retrouver la recette

Un soir, à la fermeture du Jardin Conservatoire à Saint-Pierre-sur-Dives, une famille apporta une boîte contenant des haricots. Des cocos. Ils se souvenaient : « Lorsque l’on était enfants, on allait chez notre grand-mère, près d’Orbec. Elle nous servait une tarte aux cocos. On n’en connaît pas la recette… »

Le 'Coco de Pont-Audemer'

Cocos normands

Le haricot, rapporté par les conquistadors, est introduit assez tard en Europe du Nord. A la fin du XIXe siècle, des variétés normandes font leur apparition sur les marchés, comme le ‘Coco de Pont-Audemer’…

Les « pois de mai »

Au XVIIIe siècle, deux siècles après leur découverte par les conquistadors, les Normands adoptent ces légumineuses qui ressemblent fort aux pois et aux fèves qu’ils consommaient depuis toujours… Ainsi, les premiers haricots cultivés en Normandie sont appelés « pés » ou « pois de mai » et parfois « fèves ». François Gidon, médecin à Caen, a mené des recherches sur l’origine des plantes alimentaires en Normandie. Dans ses Notes pour l’archéologie de l’alimentation publiées en 1936 (bulletin des antiquaires de Normandie), il écrit : « Le haricot décrit par Albert Legrand au Moyen-âge était en France du Nord et en Allemagne une forme naine de « dolichos » ou « vigna » appelées fèves à visage, fèves peintes, cultivées jusqu’à l’arrivée en Europe du haricot (Phaseolus) rapporté par Christophe Colomb. Mais le nom de haricot est étranger au dialecte normand. »

Le 'Soissons' à rames
Coco de Pont-Audemer

Les premiers haricots introduits sont à rames et se mangent secs ou demi-secs. Leur gousse est dure et parcheminée et ne se consomme pas. Le type même en est la variété ‘Soissons’. Puis les haricots ont évolué : les grains deviennent plus fins et apparaissent les variétés « de pied », naines. Au début du XXe siècle, on trouve sur les marchés des variétés locales dont la généalogie n’a pas été déterminée : le ‘Coco de Caen’ ou le ‘Pont-Audemer’…

Le 'Coco de Pont-Audemer'

En 1937, la Maison André Heusse, rue Pont-Mortain à Lisieux propose aux jardiniers un ‘Flageolet prolifique de Lisieux’ et le ‘Coco de Caen’.
Jusqu’en 1960, les jardiniers de l’Eure et de Lisieux ont cultivé le ‘Coco de Pont-Audemer’.

Claude Mesnil, président de la Société d’horticulture de Lisieux jusqu’en 2014 et maraîcher à la retraite, se souvient : « On était des producteurs de ceinture. Nos terres étaient juste à la sortie de la ville. Le ‘Pont-Audemer’, c’était un fameux haricot, on le cultivait sur nos terres, rue Roger Aini et ensuite au Breuil-en-Auge. A la fin de l’été, on le vendait sur les marchés de Lisieux et de Cabourg. » Et Claude ajoute que pour la récolte  « il y avait des tâcherons, des cueilleurs qui faisaient les vendanges, la saison en montagne, les cueillettes de cerises, de fraises, de fruits. Ils arrivaient en voiture avec leur caravane. Ils cueillaient les haricots. »

Claude Mesnil, maraîcher à Lisieux trie ses cocos

Retrouver la recette ?

Un jardinier raconte : « A Saint-Julien-sur-Calonne, on cultivait le haricot ‘Saint-Marc’. On le semait le jour de la Saint-Marc, le 25 avril. Ce haricot était proche de la variété ‘Pont-Audemer’… »

Un soir, à la fermeture du Jardin Conservatoire à Saint-Pierre-sur-Dives, une famille apporta une boîte contenant des haricots. Des cocos. Ils se souvenaient : « Lorsque l’on était enfants, on allait chez notre grand-mère, près d’Orbec. Elle nous servait une tarte aux cocos. On n’en connaît pas la recette… »

Les primevères à oreilles

Les primevères « à oreilles » ou auricules sont de petites plantes discrètes encore cultivées par des grands-mères attentives et des amateurs éclairés…

dans un jardin de grand-mère
Bleu porcelaine
Auricule feu ou caramel

La rencontre avec les primevères à oreilles peut étonner : elles sont bleu porcelaine, caramel, feu, grenat ou pourpre. Et les pétales de certaines fleurs sont comme poudrées de farine ! C’est une vivace indigène originaire des Alpes. Son nom vient de la forme de ses feuilles lisses en forme de cornet.

Leur histoire

Au XVIe  siècle, le botaniste Charles  de L’Ecluse ramasse cette petite plante discrète aux environs d’Innsbruck et la met en culture au jardin des plantes de Vienne. L’Europe va s’emparer bien vite de cette nouveauté : elle paraît dans les bouquets peints des œuvres flamandes dès le début du XVIIe siècle. Des tisserands exilés introduisent l’espèce en Angleterre où seront développées les « poudrées », au point d’en faire une spécialité, appelée plus tard les « anglaises ». Les horticulteurs français les achètent aux Hollandais pour les cultiver dans le nord. Ils créent de nouvelles variétés aux couleurs raffinées. Elles sont présentées à la cour de France en 1685.
Au XIXe siècle à Liège, les habitants, fiers de leurs collections, les exposent à leurs fenêtres ou leurs balcons sur de petits gradins. Vers 1850, la mode gagne Paris où elles sont exposées dans de petits théâtres à fond peint d’un paysage.
Les célèbres pépiniéristes Vilmorin et Andrieux leur consacrent plusieurs pages de présentation dans le volumineux catalogue des Fleurs de pleine terre de 1894.

En Normandie

Dans la plupart des jardins, elles sont cultivées soit en petites bordures à l’ombre, soit, le plus souvent, dans une terrine ou dans de vieilles bassines qui ne servent plus à la maison. Les coloris sont assez variés allant du bleu au grenat ou feu. L’œil de la plante est blanc ou jaune. Il est difficile de classer ces variétés dans un des types  précis décrits au XIXe siècle. Vilmorin et Andrieux en avaient proposé quatre : les « pures » ou « ordinaires » à   coloris bleuâtre ou feu  et à œil blanc, les « liégeoises » à œil jaune ou olive, les « anglaises » toujours poudrées et, enfin, les « doubles ».

En Normandie, elles semblent apparaître tardivement avec la mode des plantes grasses à la fin du XIXe. Le cultivateur grainier A. Lenormand, installé à Caen depuis 1860, ne cultive que la  ‘Liégeoise variée’ qu’il décrit comme « extra, plante très jolie mais pas assez cultivée ». Elles figurent à son catalogue de 1909.  En 1928, l’établissement Rosette, rue Saint-Jean, propose des graines d’auricules liégeoises variées. En 1937, il n’y en a plus au catalogue Le Paysan. La mode en est passée…
Comme les primevères sauvages, les auricules fleurissent en avril et, au mois d’octobre, quelques fleurs réapparaissent dans les bordures ou les potées. Elles ne gèlent pas. Leur seule crainte est le trop d’humidité.
En Pays d’Auge, les variétés les plus rustiques sont conservées par des grands-mères soigneuses. Elles les reproduisent  par éclats de racine ou par bouture. Le semis est beaucoup plus délicat.

A Tortisambert, le calvaire est fleuri d’une potée d’auricules grenat.

dans un jardin de grand-mère
Auricule grenat